Amours enfantines + Endoume, + Corse, Lozère, Ste V

Avec soudain Burning Man +++ carrément perdu dans le désert salé : des paysages au hasard ET DES MECS ET DES FILLES À POIL

 

 

Les AMOURS ENFANTINES des autres sont souvent indifférentes. Elles ne regardent qu'elles. 

Mais celles de mon ami XXG et de mon amie XYD vieillissent à part. Après ce coucher de soleil orange-à-mort, ils ont eu de nombreuses et romantiques parties de jambes en l'air, boostées par la passion juvénile qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Mais (et c'était bien prévisible) la passion s'était envolée de leurs coeurs, et le romantisme idiot occidental a vite fait place au réalisme. Classique séparation.

Puis la vie a repris ses droits. Jobs. Mariages. Enfants ! Nouvelles de temps à autres, bavardages, gossips, potins. Et en plus, j'y contribuais : car au fond, je suis au courant de tout... Les notes, les rencontres, les photos... Autres enfants, bref, tout allait bien. 

- Puis XYD, elle est morte, en quelques minutes, d'un infarctus merdique en Bretagne, une coupe de champagne à la main. 

Et depuis, parfois, lorsqu'il est repris par la nostalgie, certains soirs, l'ami XXG m'appelle. Il essaie désespérement de me faire raconter la suite d'histoires qu'il n'a pas connues, car il s'en fichait alors bien pas mal. Et puis il y a ses filles à elle, qui ne verront jamais cette photo, qui ne connaîtront jamais cette histoire, son histoire. Dont elles se fichent peut-être. Mais qui n'a pas été rien.

- Et moi, j'essaie désespérément de me souvenir, de décrire, de lui raconter, de lui préciser (combien a-t-elle eu d'enfants ? Ses filles ? Que vivaient-elles, où vivaient-elles, quelles études ? Ont elles des enfants ? Et son fils ?), d'expliquer. Mais il y a bien des choses, je peux pas lui dire, c'est confidentiel sa vie à elle, son mari, tout ça. Alors, pour mon potos, mes infos, c'est comme le doliprane. Ça fait du bien une heure ou deux.

ENDOUME EN SEPTEMBRE Fastueuse rencontre de teintes pastels à Marseille, réhaussés par une typique : la cagole qui semble interpeller son cakou dans la rue. Ne manquent que le bruit, et les odeurs, mais à peine. Photo shootée en trois secondes, et qui méritait bien plus de travail, de réflexion, de temps, mais nous allions à un mariage, alors... Dommage, la pollution a dû réduire à néant ces dits pastels.

Rubrique suivante, Paris. C'est pas pareil.


 

CITATIONS - APHORISMES - ÉCLATS DE MÉMOIRE

15/10/2008 : « …de préférence tout nus, permettant de comparer les attributs des uns et des autres et de voir que la nature nous a fait semblables  mais pas tout à fait pareils, que les hommes et les femmes sont différents mais complémentaires… »

 
 
St Germain en Laye. J'ignore pourquoi j'ai pris cette photo qui ne rappellera rien à  personne, et en particulier à moi. 
Où va-t-elle, cette belle américaine ? Qui se promène là-dedans, aurait dit mon père ? 
Une belle AMÉRICAINE n'a rien à voir avec le grand siècle, même pas dans Melville... 
Mais celle-là, par ce dimanche après-midi sonore et désert, je la trouve pas mal du tout.
 

 

 

VIEILLES LAUZES et abbayes du XIIe siècle. Pourquoi chercher des LEÇONS ailleurs ?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Presque aussi anciennes que l'abbaye sistercienne, les toits des villages de Corse : j'aurais beaucoup aimé ces vols de pigeons qui tournoyaient au dessus de nos antiques toitures de lauze, comme par delà les nuages. Ils nous mataient : pendant ce temps, avec Sappho, nous faisons des photos de la cuisine à la salle de bains, de la CUISINE à la bibliothèque, nus 24H/24. Nous nous mations, reluquions, nous nous espinchions.
 

Lozère, fin des années 80

 

J'avais du mal à m'habituer à ces pays. Surtout en hiver, en décembre ou en janvier, quand la bruine locale tombe indéfiniement sur les tombes de pierre volcanique et noire des cimetières parpaillots. 

C'est un peu trop dur pour moi, Clara, tant de tristesse usée, de granit luisant, de pluie, de froid, de nostalgie. 

- Pourtant, je viens d'un département pas si drôle, très peu peuplé. 

 

 

 

Bernard, 1998...

Arrivé d'Italie, Piemont, avec sa femme, il fut tailleur de pierres et travailla pour le restant de ses jours face à Sainte Victoire, comme un vigneron de Virgile. Le moment dont il se souvenait le mieux dura moins d'une minute : le temps de la rafale qui abbatit une poignée de résistants en 1944. Dans son français instinctif, il les appelait encore des "partisans".
 

 

 

 

 

 

 

 

« …j'adore, mettre le joli soutien-gorge gris j'adore, penser à tes mains se posant sur mes seins nus ( bcp plus petits que ceux du modèle, et là tu dois être dans le fantasme masculin !! )… alors que nous sommes nus debout devant la glace de la salle de bains »

TOP BELLES CHAROLAISES

VACHES de Bourgogne. Elles viennent toujours me voir, en troupeau. Pourquoi MOI ? 
Elles sont gentilles, et à peine intéressées. Que peuvent-elles ambitionner de plus que l'herbe ? Qu'en Bourgogne elles ont à discrétion ? Non, elles viennent par curiosité, toutes ensemble ; par xénophilie. Je les connais : elles ont des a priori favorables. Et c'est déjà une démarche sympa : rien que pour me voir. Moi, l'humain. Nul vice, dans leur esprit, nulle méchanceté. Elles sont comme mon chien, et de nombreux autres animaux : moins cons que les hommes.
 

GOODIE-GIRLS = Burning man au top !

Et bravo à Noah Marx, si génial photographe

Là, ce qui est le plus beau, c'est leur sourire à toutes les deux. Un sourire triomphant.

 
Le temps a passé et mon tour de miser avec. BODY PAINTING : je n'oserai pas me faire teindre le pénis et le gland en bleu, et me montrer nu dans la rue. Ce n'est pas une question de pudeur, mais de décence et de lucidité : trop vieux. Comment bander aussi fort en s'ennuyant autant que ce jeune homme ? Aucune jeune femme ne souhaiterait se promener avec moi en tenue d'Eve. AUCUNE. Je ne serais pas à ma place DU TOUT.
On a sa pudeur, quoi, à des décennies et mèche... 

 

Et je n'irai probablement plus jamais aux USA, encore moins sur la côte Ouest, et certainement pas peindre mon gland en bleu pour BURNING MAN. 

Trop vieux toujours, Jeannot. Pas montrable. Et pourtant, ça doit être fichtrement surréaliste. Fascinant. Quelle beauté, quelles beautés, quelle décontraction, quelle générosité ! Et quel endroit !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...et quelle PAIX en 2018, 2019, ou 2020, etc., notre paix à TOUS LES DEUX TOUT NUS, dans la chaleur suave du soir, à l'époque certaine de l'ORIGINE DU MONDE. Clap de fin.