Estampes japonaises, Asie

Précisions utiles : ce sont les frère Goncourt qui ont révélé les estampes japonaises et Hoksai.
Souvent, le format de l'estampe est 24/36, ou 1/1,5, ou 40%/60%. Autrement dit, très proche du 24/36 de nos chères pellicules. Très proche de nos nombres d'or d'Occident. Ou tout en longueur, façon Boudin En revanche, les Japonais montrent le sexe des femmes, leur fente, leurs lèvres et même leur clitoris, ou du moins le capuchon du clitoris. Aucun clitoris en Occident, jusqu'à Courbet... Et là encore, les connaisseurs ne seront pas tous ni toutes d'accord. Grande précision dans ces dessins, gravures, estampes.
On retrouvera dans ces merveilles graphiques nombre des qualités qui ont fait le Japon depuis toujours, et en premier lieu le travail, le sérieux, l'équipe. Le groupe, le groupe, le groupe. Le métier, le métier...
 
Les pyasages sont somptueux, tout habillés de la quiétude éternelle du soleil levant. Ça donne envie.
 
 
 
 
 

Plus bas, un coït. Samouraï / geisha ?

L'homme est MEMBRÉ. " Trop ! " nous révèlent les conférencières observatrices, soudain guillerettes. Beaucoup trop devraient-elles ajouter, car selon la légende, les mâles asiatiques auraient des instruments un peu court... Le chatte est un peu clairsemée, mais pas épilée à 100%. Le capuchon du clito bien rouge. Ou orange. Il prendra la teinte qu'il peut, essayant de s'approcher de la teinte du revers du kimono : on n'en a pas cinquante. Souvent, samouraï et geushas gardent leur peignoir, comme aux USA. Mais est-ce une petite fille qui mate ?